La 20ème Balgentienne… un de mes meilleurs semi-marathon!

                Bien sûr, je n’ai pas battu mon temps de référence… de 1h24 (en 2008 sur une course très roulante, pas comme Beaugency)

                Je n’étais pas du tout préparé pour faire une grosse performance, je n’ai pas couru beaucoup cet été, mais par contre j’ai fait pas mal de montagne…

                Lors de mes derniers entrainements, j’avais testé un peu ma vitesse et … ce n’était pas terrible. Pas de référence précise (en termes de VMA par exemple) mais une sensation de ne pas avancer très vite. Et la montre (GPS), elle ne me donnait pas seulement une sensation, mais un chiffre bien réel!!!

                Le dimanche précédent, je me suis fait une sortie de préparation de 21kms, … pour voir… bilan: 1h43. Honnête, mais je n’avais pas terminé par la côte du 21ème km…

                9h45, un petit échauffement autour du gymnase, pour une fois, pas de « boule » sur l’estomac et relativement bien dans la tête…

                10h! C’est parti! Et comme d’habitude, je suis dans le début du paquet et je me laisse entrainer…un peu vite!

                Ma (nouvelle) montre me donne la vitesse instantanée (temps au km) et me donne à chaque km le temps que j’ai mis. C’est très utile quand on n’est pas super régulier…comme moi! C’est aussi utile quand on veut essayer de tenir un créneau qu’on n’a pas tout à fait dans les jambes.

                4’04 » au premier km… c’est un peu vite… mais ça descend… et puis je prends un peu d’avance pour le dernier km ou ça va monter! Les jambes vont bien, mais je sais qu’il ne faut pas « s’emballer »…

                4’21 » pour le 2ème, ça descend toujours et on attaque le bord de Loire. J’essaie de prendre un rythme de croisière et bien sûr je perds quelques places, mais pas trop…

                Le trajet fait un demi-tour sur la promenade qui va vers Baule, ce qui fait qu’on croise les premiers qui reviennent… je regarde tous ceux qui sont devant moi et… à priori, il n’y a pas de « vieux » (quelques vétérans, mais pas des plus de 60a). Je me prends à rêver d’un podium avec l’envie d’accélérer… mais je sais que je suis très loin de l’arrivée et que la fin risque d’être dure. Après mon demi-tour, je croise les copains du club… encouragements mutuels!!! Ça fait chaud au cœur et ça booste un peu!

                Sur les kms suivants, je tourne aux alentours des 4’30 » en moyenne et je commence à penser que je vais peut-être me tenir à ces 1h40 que je me suis fixé.

                Les sensations dans les jambes sont bonnes, bien sûr la gêne dans la cuisse droite est là, mais pas très forte et ce n’est pas ça qui va m’arrêter! Je suis la plupart du temps tout seul, des coureurs loin devant et… je ne regarde surtout pas derrière. Un vieux coureur (vieux par l’expérience) m’avait dit un jour que c’était un signe de faiblesse et qu’il avait toujours rattrapé les coureurs qui se retournaient devant lui… Et aujourd’hui je me sens plutôt bien, même si c’est loin d’être l’allure de mes chronos sur marathon, mais j’avais 10 ans de moins!

                Le vent de face ne m’aide pas à maintenir la vitesse, mais je me dis que quand je vais tourner à Lestiou, je vais l’avoir dans le dos.

                Je continue de surveiller la montre et je relance un peu quand je vois que le rythme baisse.

                Virage à Lestiou et… la remontée est dure, impossible de garder ma vitesse, et puis, je me dis qu’il vaut mieux ne pas me griller pour quelques secondes, j’ai un peu d’avance sur mes prévisions. Les spectateurs nous (tous les coureurs) encouragent et c’est super pour le mental! Par contre, j’ai toujours le vent de face… et après la cote de Lestiou, il y a celle de la Chapelle de Ver… c’est loin de ressembler à un col sur un grand trail mais ça me casse bien mon allure et j’ai du mal à relancer.

                Ravitaillement, le dernier, comme aux autres, j’attrape au vol un verre d’eau et sans ralentir, j’en avale quelques gorgées et je jette le gobelet. La température est idéale pour ce genre d’effort et je ne risque pas la déshydratation aujourd’hui.

                Tavers… ça sent bon la fin et les jambes tournent encore assez bien, je relance à fond (c’est relatif…) dans les descentes et je cherche à économiser quand ça remonte… le lavoir, la côte de l’église… Coup d’œil une fois de plus au chrono… et si j’allais chercher les 1h35… c’est encore jouable… Un peu de calcul, et là c’est dur, car le cerveau a déconnecté un certain nombre de neurones… Non, la fin est difficile et les jambes donnent quand même des signes de fatigue. Mais je relance quand même sur les petits faux plats… et je me bats sur les remontées…

                Les 200 derniers mètres, le dernier virage et… il y a un coureur derrière moi… un sursaut d’orgueil et je jette ce qui me reste sur 100m de sprint (on est loin de Carl Lewis)… la ligne!!! Et pour une fois je ne tombe pas derrière… j’arrive même à sourire à Serge, micro à la main, qui commente les arrivées comme d’habitude.

                Heureux!!! Lessivé, mais pas épuisé et… 1h36’40 »!!! Contrat moral rempli! Je n’ai plus qu’à aller encourager les copains qui arrivent. Et puis participer à la petite surprise que nous (les coureurs du dimanche matin) avons réservée aux organisateurs.

                « Tu as vu que tu es 1er V3? » c’est Nico qui m’annonce ça alors que je n’y pensais même plus… Et OUI, pour la dernière de cette Balgentienne je vais monter pour la première fois sur la première marche d’un podium de course! J’ai déjà fait quelques places de 2ème ou 3ème (en vétéran bien sûr) sur les trails de St Gervais ou du Postier et même sur le marathon d’Orléans, mais jamais une 1ère place!

                Doublement heureux!!! Et bien sûr, peut-être que je vais remettre à plus tard la période de repos que j’avais vaguement commencé à envisager.

                Bilan: 1h36’40 » et 30ème sur 191 ; 1er V3 sur 14

One thought on “La 20ème Balgentienne… un de mes meilleurs semi-marathon!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.