Un bon footing après 3 semaines sans!!!

Bien sûr il y a eu la semaine de stage « Initiateur Terrain Aventure » que j’organisais dans la Massif du Carroux (près de Bézier); les journées étaient bien trop remplies pour pouvoir ajouter un footing et pourtant le lieu s’y prêtait!!! Et puis, le jeudi, il y a eu cet accident… et ces quelques points de suture sur la jambe et… il parait qu’il ne faut pas courir tout de suite après… de toute façon, le lendemain (et les jours suivants) je n’en avais pas vraiment envie!!!

Petit résumé de ce séjour pour commencer:

7 stagiaires qui venaient chercher un diplôme d’initiateur TA (escalade en milieu naturel, mais non-équipé, ou très peu).

Un autre instructeur pour m’aider à encadrer et un guide sur les 4 derniers jours pour valider le stage.

Un beau gite proche des lieux de grimpe, un météo clémente, une super ambiance et une très bonne entente au sein du groupe, bref une super semaine!Nadine

Nous avons enchainé de nombreuses voies, toute cette semaine (en plus des exercices prévus dans le programme du stage). Il y avait bien longtemps que je n’avais pas posé autant de coinceurs. Chaque jour avec un (ou une) équipier différent (e) et dans de belles voies, donc tout va bien…

Sauf que parfois, les rochers ne sont pas aussi solides qu’on pourrait le penser.

Jeudi, dernière longueur de la voie « Demaison » dans la Tour Carrée d’Aval, c’est assez facile, je grimpe en second (et oui, je suis là pour évaluer les stagiaires, il faut donc les laisser passer devant) et au départ d’une petite terrasse, je choisi le côté droit, avec un mini surplomb. Les 2 mains sur un beau bac, je tracte et… tout le surplomb casse! (un morceau de la taille d’un gros sac à dos). Je retombe en arrière (sur l’élasticité de la corde) et le bloc me tombe sur le bas de la jambe gauche pour aller exploser en bas de la paroi. Ça saigne beaucoup, je sais que je suis tout près de la sortie, je fini très vite la voie et je rejoins mon équipière au relais. Compresses, élasto (oui, je n’ai pas de pansement compressif) pour arrêter le sang et … téléphone pour appeler les secours. La descente aurait été une ligne de rappel accessible, j’aurais tenté, mais le chemin avec pierrier infâme (parcouru 2 jours avant), ça n’était pas

Au sommet de la voie Demaison

Au sommet de la voie Demaison

possible.

Hélicoptère, pompiers et hôpital… et une douzaine de points de suture. Pas de fracture heureusement.

Mais cela ne doit pas dégouter de l’escalade en milieu naturel!!! J’ai appris qu’il fallait se méfier non seulement lorsqu’on est en tête, mais aussi quand on grimpe en second!

Dur dur pendant quelques jours; les déplacements, mais surtout les stations debout et également assises!!!

Puis la marche s’est améliorée (ça tirait moins sur les coutures) et ces deniers temps (10jours après l’accident) c’est en marchant que j’étais le mieux.

Plus de fils (du moins les fils extérieurs, à retirer) depuis lundi et … mercredi, je regrimpe!!! Trop dur de regarder les autres grimper et ne pas y aller! Bon, et puis en salle, les prises sont correctement fixées et ne tombent pas sur les grimpeurs. J’ai même retrouvé des voies difficiles que je n’avais pas sorties depuis longtemps.

Et ce vendredi, je fais un essai de footing.

Le début est hésitant, quelques sensations de raideur dans la cheville gauche, mais rapidement, ça chauffe et j’allonge le tour prévu initialement. Je peux même accélérer et ajouter quelques montées.

J’étais parti pour 1/4h, pour voir… et pour finir, j’enchaine un bon tour de 45mn, sur un rythme plus que correct!

Je suis rassuré, je sais toujours courir et je n’ai pas trop perdu. Je peux reprendre là où je m’étais arrété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.